Cinq vies reprises par la mer…RIP

Ils vivaient tous pour la mer. Il s’agissait de Sander, Joost, Pim, Mathijs et Max…
Ces cinq jeunes surfeurs sportifs nous ont quitté en mer près de Scheveningen. Ils vivaient pour la mer, pour le surf. La passion est allée si loin pour trois d’entre eux qu’ils sont devenus instructeurs de surf et maîtres nageurs diplômés. Mais ils étaient aussi des amis, des fils, une famille, des étudiants. Leur mort a provoqué un deuil intense. Il s’agit de Sander, Joost, Pim, Mathijs et Max.

Sander Dikken

Sander Dikken (38 ans), un “guerrier”, c’est ainsi que le bourgmestre de La Haye, Pat Smith, le caractérise. “C’est comme ça que nous l’appelons. Il était enthousiaste, avait le sens du défi et de la compétition. Il a donné des “leçons de surf” à l’équipe de surf néerlandaise, c’est tout dire”. Et comme tout le monde, nous le voyons comme voit un vrai surfeur : positif et joyeux. “Il avait un sens de l’humour très satirique et il avait vraiment ces petits péchés.”

Originaire de Dronten, il a suivi sa passion qui l’a amené à Scheveningen, bien plus près de sa mer qu’il aime. Sander était instructeur de surf à “The Shore” et enseignait par l’intermédiaire chez “De Gezond aan Zee Outdoor.”
C’était un nageur super rapide. Il s’est toujours entrainé comme un acharné.

“S’il y avait des vagues, ils allaient directement dans l’eau ou bien ils allaient nager. Parfois de la tête du port à la jetée, deux fois l’aller retour. C’est pourquoi le bureau de “Healthy on Sea Outdoor” se trouve dans le port.

Joost Bakker

Joost Bakker (30 ans) s’est tellement accroché au surf depuis qu’il habite à Halsteren dans la province du Brabant qu’il s’est installé à La Haye et a commencé à donner des cours de formation. Tout comme Sander, il a fait la même chose pour les surfeurs de l’équipe néerlandaise. Un de ses meilleurs amis, Rüben Spapens, raconte à notre journal qu’il avait converti son van et qu’il était vraiment “le surfeur stéréotypé!”.

Le maire Pat Smith, lui-même connu dans le milieu du surf, décrit Joost comme: “Un garçon très, très gai, ouvert et souriant”. Smith a vu décrit Joost comme un un jeune homme ambitieux. “De l’alevin au Poseidon des mers”. Je me souviens avoir nagé à la jetée et Joost m’a dépassé en riant alors qu’il était passé entre deux au club!

Mais Joost n’avait pas que cette passion dans la vie, il travaillait aussi le bois, passionné de menuiserie. Il était sociable et se consacrait à la charité. Comme pour la fondation “Huis aan het Water”, qui aide les personnes atteintes de cancer et leurs proches. Joost a fait un road trip à vélo avec Rüben du Cap Nord à Gibraltar jusqu’au Mont Ventoux en France. Joost était un bon vivant, super social, joyeusement sportif et aimait sa liberté. Joost a poursuivi ses rêves”, décrit la fondation sur son site.

Pim Wuite

Pim Wuite (24 ans) était également instructeur à “Gezond aan Zee Outdoor”, tout comme Sander et Joost. “Il était plus jeune et encore plus enjoué”, dit Pat Smith. “Mais ils ont tous partagé cette passion pour la mer, qui relie. Il était très motivé et utilisait les initiés comme un tremplin à son expérience dans le monde du surf.

Souriant et bon vivant, il était extrêmement sportif! Il jouait au cricket à HBS et au hockey à HDM. Il a également été convié à la formation des jeunes membres de HBS. Avec l’un des autres membres, l’année dernière Pim avait organisé un voyage surf en France. Cette année, ils allaient à Bali, écrit le club, mais ce voyage a été annulé à cause du Corona!

Dans sa vie trop courte, Pim a touché beaucoup de gens, selon les nombreuses réactions. Vous allez nous manquer”, selon le site de HBS. Smith ne peut que le confirmer. “Ils vont vraiment tous nous manquer.”

Max Verheijen

Le beau-père Diederik Festen a rencontré Max à l’âge de huit ans. “Un petit garçon qui peut être espiègle et en même temps timide. Il était très impulsif!

Il était fier de voir comment Max s’est développé en un homme qui est devenu si incroyablement sociable, un ami universel. “Combien d’amis ne lui envoient pas des messages en ce moment… ou passent par chez nous pour nous donner de la force! C’est incroyable”.

Max a commencé à étudier l’administration publique technique à l’université de technologie de Delft, mais il est passé à l’ingénierie mécanique au bout d’un an. Quand il a terminé, il a également voulu étudier l’économétrie. “Et s’il pouvait travailler n’importe où dans le monde, il plaisantait toujours, puis avec tous ses diplômes, il allait travailler dans la boutique de sa mère”.

Max s’est complètement immergé dans la vie étudiante et a découvert qu’il était si près de la côte qu’il pouvait y surfer sur les vagues. Une belle suite à tous ces autres sports de glisse – que ce soit dans la neige ou sur l’eau – qu’il a déjà pratiqué. Il s’y est jeté avec enthousiasme, il en a profité au maximum. Jusqu’à ce que la mer l’emporte sans pitié lundi. Il avait 22 ans.

Mathijs van Dulst

Mathijs a grandi à Capelle aan den IJssel, mais il était très fier du fait qu’il était né à Rotterdam et que cela figurait sur sa carte d’identité.

Sa vie était constituée de deux valeurs fixes : les amis et le sport. Ou en fait trois. Parce qu’avec ses parents et les trois autres enfants de la famille, il a maintenu un lien chaleureux. Même maintenant, ils étaient tous partis.

Un garçon entouré d’une bande d’amis, d’abord au “Erasmiaans Gymmasium” à Rotterdam. Lorsqu’il est allé à Delft pour étudier l’ingénierie mécanique. Plein de dévouement, il plongea dans la vie étudiante. Dans sa grande maison d’étudiants, il était le leader, il discutait avec tout le monde. Il ne manquait jamais une fête à son club de hockey “Leonidas” à Rotterdam, même lorsqu’il étudiait déjà à Delft.
Et puis ce sport. il pratiquait le snowboard en hiver, en été, durant son enfance il pratiquait la voile et faisait du skimboard au bord de la mer en Zélande. Entre ces vacances, son cœur s’est tourné vers le hockey. À Delft, il est devenu membre de DS5,”Student Snow Skate Surf Society.”. Avec Max, ils allaient souvent à la mer.

Son énorme enthousiasme était viral, son optimisme sans borne et son grand sourire, voilà ce qui manquera à sa famille.

Mathijs avait 23 ans!

RIP to you guys!

Source: https://www.parool.nl/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *